L’ombre de la milice au col du Portillon en Haute-Garonne

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin
Partager sur email

Le 5 janvier 2021, un arrêté préfectoral de la Haute-Garonne fermait le col du Portillon à la circulation automobile ainsi qu’aux piétons dans le cadre du renforcement des contrôles aux frontières dans l’espace Schengen, imposé par le président de la République pour lutter contre le terrorisme. L’impact de cette mesure nous pose question.

De plus, hier, s’appuyant sur cet arrêté, le groupuscule d’extrême droite, Génération Identitaire, a effectué une action de surveillance de la frontière, visant à surveiller l’arrivée éventuelle de réfugiés ou demandeurs d’asile sur le territoire français, et de la dénoncer aux autorités. Compte tenu de cette démonstration de force, on peut s’interroger sur la volonté des identitaires de procéder eux-mêmes à des intimidations de personnes cherchant refuge ou assistance en France.

Ce type de démonstration de force, ressemblant à la constitution d’une milice, n’est pas acceptable sur notre territoire et rappelle des souvenirs terrifiants.

C’est pourquoi nous demandons la dissolution de ce groupe dont l’activité semble s’intensifier et se radicaliser sur notre territoire, ainsi que l’annulation de l’arrêté préfectoral du 5 janvier 2021 fermant le col du Portillon. En effet, pour les écologistes, la défense de la République ne peut se faire que par le respect des valeurs qui la fondent, et dans ce cas en particulier celles de la liberté et de la fraternité.

Pour Europe Écologie-Les Verts, la liberté de circulation est un des piliers de la construction européenne et l’Occitanie a toujours été, est, et restera une terre d’accueil et d’ouverture au monde.

Pascal Pragnère / Florence Cortès

Porte-Paroles EELV Midi-Pyrénées